Coup de théâtre : Trobo–Thomaseau rejoint Martol

Trobo-Thomaseau-Martol
Marie-Eugène Trobo-Thomaseau, de la liste Ensemble, reconstruisons Pointe-à-Pitre et du groupe Alternative pointoise pour le changement, qui s’allie à Loïc Martol, du mouvement Projet Pointois, en vue du second tour des élections municipales à Pointe-à-Pitre, c’est bien la preuve que les grandes réflexions autour d’un projet commun ont bel et bien commencé. Nous l’avons appris, hier soir (mercredi 20 mai 2020), deux des six candidats têtes de liste du premier tour des élections municipales ont décidé d’unir leurs forces afin de « mettre en avant une alternative indépendante et viable inscrite dans une démarche de renouvellement de la gouvernance et de mobilisation des forces vives ». C’est ce qui est relevé dans le communiqué qui nous est parvenu.
Ils précisent : « Notre volonté de bâtir une ville innovante et nouvelle pour les Pointois, et notre constat quant à la gravité de la situation actuelle de notre ville sont des caractéristiques que nous partageons. Probité politique, bien-vivre ensemble, propreté, accessibilité, sécurité, assainissement financier contribueront à l’essor de la ville de Pointe-à-Pitre. »
Ainsi, ces deux candidats entendent prendre toute leur part dans ce combat susceptible de donner un second souffle à la capitale historique de la Guadeloupe.

« NOTRE GROUPE N’EST PAS FERMÉ »

Rappelons que les résultats à Pointe-à-Pitre ont été marqués, comme partout en Guadeloupe, par une forte abstention : 60,43 % des 11 487 électeurs inscrits. Les 6 942 électeurs qui se sont déplacés aux urnes ont voté à 30,58 % pour l’équipe sortante conduite par l’ancien maire, Jacques Bangou, devenu simple conseiller municipal après sa démission par crainte de devoir subir l’humiliation de la révocation.
Derrière lui, on enregistre, dans l’ordre, son grand rival, Harry Durimel (20,50 %), suivi de Tania Galvani (16,14 %), Loïc Martol (15,14 %), Marie-Eugène Trobo-Thomaseau (10,60 %) et Marcel Sigiscar (7,04 %).
Dans cette bagarre, les résultats obtenus par le tout jeune Loïc Martol, apparu seulement trois mois avant ces élections, a retenu toute l’attention des observateurs et forcément de ses adversaires. La première à concrétiser la bonne impression qu’il lui a laissée, c’est Marie-Eugène Trobo-Thomaseau, mais il pourrait y en avoir d’autres. Cette dernière exprime clairement cette volonté d’ouverture : « Nous avons décidé de travailler ensemble, mais notre groupe n’est pas fermé. D’ailleurs, nous faisons un appel à tous les autres. Ils sont les bienvenus. »

« NOUS PROPOSONS LA MÊME CHOSE AUX POINTOIS »

Cependant, on s’interroge sur ce qui a bien pu motiver Marie-Eugène Trobo-Thomaseau à se ranger aux côtés d’un candidat qui vient d’être découvert sur le terrain politique.
« Ce qui m’a motivé, explique-t-elle, c’est la réciprocité de nos programmes. Quand j’ai comparé mon projet au sien, je me suis dit que nous avions la même vision. Pratiquement à 90 %, nous proposons la même chose aux Pointois. C’est le premier élément qui a retenu mon attention. Par ailleurs, je soutiens toujours les jeunes. Je suis toujours dans la transmission mais également dans l’accompagnement de cette jeunesse. C’est un souffle nouveau qui arrive, il faut travailler avec cette équipe. Je veux être celle qui accompagne. Au-delà du score, je pense que, dans le paysage politique pointois, Loïc Martol, c’est celui chez qui j’ai ressenti une certaine sincérité et un réel besoin de se battre davantage pour des idées et des valeurs que pour un égo démesuré. »
On ne sait pas jusqu’où cet équipage peut aller, mais il faudra, sans doute, compter avec lui.

5 Commentaires

  1. Bravo ! Enfin des Guadeloupéens qui comprennent que l’intérêt collectif doit faire place à l’intérêt personnel
    J’encourage cette initiative vers une réussite

  2. Bravo ! Que cela soit le début d’un grand changement à PaP. Il faut changer tout dans cette ville. Mettons fin à la supercherie. Lavons notre ville !

  3. Je n’accepte plus les choses qui m’insupportent, je change les choses que je ne peux plus accepter.
    Bravo pour le collectif !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*