Chronique d’un divorce annoncé

Sylvie Chammougon-Anno, conseillère municipale de Baie-Mahault

Par Sylvie CHAMMOUGON-ANNO. La conseillère municipale d’opposition de la ville de Baie-Mahault (Les Républicains) plaide pour plus de démocratie participative et invite les élus à adopter une charte transpartisane afin de donner au citoyen une meilleure image des politiques.

Force est de constater qu’il y a une rupture entre les élus et les citoyens. Une formule résume cet état de fait : « Tous pourris ! » Ce divorce se traduit par une abstention massive lors des scrutins et un désintérêt pour la « chose publique »
La gestion calamiteuse de nombreux établissements et collectivités amplifie s’il en était besoin ce sentiment. Le système démocratique étant en danger, les opportunistes et populistes de tout poil se frottent les mains.
Devant cette situation, d’aucuns envisagent de rendre le vote obligatoire ou de comptabiliser les votes blancs en suffrages exprimés. Seraient-ce des débuts de pistes de solution ?

Il nous paraît fondamental de retisser le lien de confiance entre les élus et les électeurs, de renforcer nos libertés individuelles si chèrement acquises par nos aînés (droit de vote) et de consolider notre démocratie notamment de proximité.
Quant à moi, jeune politique, je crois au côté noble de la politique, à son sens premier : la gestion de la cité. Elle doit se faire dans la plus grande transparence et au profit de tous. Comme le disait Descartes, « il faut toujours préférer les intérêts du tout, dont on fait partie, à ceux de sa personne en particulier. » (cf. Correspondance avec Elisabeth et autres lettres).

Mon équipe et moi-même, nous comptons fermement participer aux prochaines élections municipales à Baie-Mahault et envisageons de gérer la collectivité sur la base d’un projet co-construit avec la population car issu de rencontres de quartiers hebdomadaires.

« Renouveler les visages et les pratiques » sera notre mot d’ordre pour mettre un terme à la gestion de l’exécutif de Baie-Mahault au pouvoir depuis 18 années. Aussi pour contribuer au débat, le groupe que j’ai l’honneur de présider propose à la population (notamment de Baie-Mahault) une charte d’engagement sur les 5 points suivants :

• Un mandat renouvelable une fois.
Il n’est pas sain pour la démocratie que des équipes à l’instar de celle de Baie-Mahault s’accaparent le pouvoir. L’équipe en place depuis 18 années considère la collectivité comme sa propriété et cherche par tous les moyens, même les plus opaques à pérenniser son pouvoir en faisant fi de l’intérêt collectif au profit de leurs intérêts particuliers.

La suspension des indemnités aux élus en cas d’absence.
En effet, en cas d’absences aux séances du conseil municipal, du conseil communautaire et des commissions dans lesquelles ils siégeraient, nous appliquerons la rétention immédiate des indemnités pour service non rendu.

Transparence des frais de représentation du maire et des indemnités perçues par les élus.
Chaque administré sera informé des frais de représentation et des indemnités perçues par l’ensemble du conseil municipal.

• Transparence des recrutements au sein du cabinet du maire.
En effet, afin de bannir les emplois familiaux, nous nous engageons à présenter les missions de nos différents collaborateurs de cabinet ;

Redonner la parole aux administrés. Nous organiserons des débats thématiques (rapport de nos actions) et sectoriels à intervalles réguliers afin de rendre la participation citoyenne plus active, plus démocratique et plus participative. En effet, nous sommes conscients qu’il faut faire évoluer la démocratie représentative vers plus de démocratie participative en impliquant la population dans les choix qui seront faits pour la collectivité. Nous invitons les futurs candidats aux élections municipales à analyser ces propositions, les amender ou compléter si nécessaire et enfin à les adopter sous la forme d’une charte transpartisane.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*