Le paysage municipal change, les défis restent

Municipales 2020 - second tour
Les élections municipales ont rendu leur verdict, avec le second tour qui a eu lieu ce dimanche 28 juin 2020, plus de trois mois après le premier. Le chiffre 14 est à retenir. C’est le nombre de nouvelles têtes de liste élues en attendant de devenir maires officiellement, le week-end prochain, à l’occasion des conseils municipaux d’installation. Ils rejoindront alors le seul nouvel exécutif municipal sorti des urnes à l’issue du premier tour, Camille Elisabeth, à Pointe-Noire, déjà en fonction. Ainsi, ce sont au total quinze nouveaux maires qui s’engagent dans cette mandature 2020-2026 :
  • Cédric Cornet (Le Gosier)
  • Jean-Philippe Courtois (Capesterre Belle-Eau)
  • André Atallah (Basse-Terre)
  • Héric André (Vieux-Fort)
  • Claude Edmond (Gourbeyre)
  • Roland Nadille-Vala (Terre-de-Bas)
  • Hilaire Brudey (Terre-de-Haut)
  • Jules Otto (Vieux-Habitants)
  • Harry Durimel (Pointe-à-Pitre)
  • Jean Bardail (Morne-à-l’Eau)
  • Jean-Marie Hubert (Port-Louis)
  • François Navis (Saint-Louis)
  • Loïc Tonton (La Désirade)
  • Bernard Pancrel (Saint-François)
  • Camille Élisabeth (Pointe-Noire)

Nouveaux maires

17 MAIRES RÉÉLUS

Ces nouveaux maires prendront place aux côtés des 6 autres qui ont réussi à se faire réélire et à rejoindre les 11 qui avaient triomphé dès le premier tour :

  • Edouard Delta (Anse-Bertrand)
  • Marie-Yveline Ponchateau (Baillif)
  • Jeanny Marc (Deshaies)
  • Claudine Bajazet (Sainte-Rose)
  • Christian Baptiste (Sainte-Anne)
  • Jean-Claude Maës (Capesterre de Marie-Galante)

Les 11 du premier tour :

  • Eric Jalton (Les Abymes)
  • Jocelyn Sapotille (Lamentin)
  • Gabrielle Louis-Carabin (Le Moule)
  • Blaise Mornal (Petit-Canal)
  • Hélène Polifonte (Baie-Mahault)
  • Guy Losbar (Petit-Bourg)
  • Ferdy Louisy (Goyave)
  • Thierry Abelli (Bouillante)
  • Elie Califer (Saint-Claude)
  • Jean-Louis Francisque (Trois-Rivières)
  • Maryse Etzol (Grand-Bourg)

11 MAIRES SORTANTS BATTUS

Ainsi, c’est un renouvellement exceptionnel de l’échiquier politique qui est proposé. Après Christian Jean-Charles (Pointe-Noire), défait dès le 15 mars 2020, voici ceux qui ont perdu leur fauteuil :
  • Marie-Luce Penchard (Basse-Terre)
  • Luc Adémar (Gourbeyre)
  • Joël Beaugendre (Capesterre Belle-Eau)
  • Aramis Arbau (Vieux-Habitants)
  • Rolland Plantier (Vieux-Fort)
  • Louly Bonbon (Terre-de-Haut)
  • Emmanuel Duval (Terre-de-Bas)
  • Laurent Bernier (Saint-François)
  • Philipson Francfort (Morne-à-l’Eau)
  • Victor Arthein (Port-Louis)


Parmi les maires sortants battus, Marie-Luce Penchard avait la mine des mauvais jours, dimanche soir, à l’heure du dépouillement. Elle ne parvient toujours pas à gagner une élection en son nom. (© Caroline Naël)

AUTRES PERSONNALITÉS BATTUES

Si certains de ces anciens maires n’envisagent pas de s’engager dans de nouveaux combats politiques à l’échelon communal, il n’est pas dit qu’ils ne seront pas sur d’autres terrains. La perspective des élections départementales et régionales de 2021 n’est pas à négliger. Ces échéances peuvent, en effet, constituer une session de rattrapage pour certains des 11 maires sortants battus sur l’ensemble des deux tours. Il en est de même pour d’autres personnalités politiques qui ont été battues soit au premier tour, soit au second mais qui gardent suffisamment d’énergie pour revenir dans l’arène. Parmi ces candidats n’ayant pas atteint leur objectif, on peut citer, entre autres :
  • Camille Pélage (Saint-Louis)
  • Sylvie Gustave-dit-Duflo
  • Georges Hermin (Morne-à-l’Eau)
  • Hugues Philippe Ramdini (Capesterre Belle-Eau)
  • Olivier Serva (Les Abymes)
  • Justine Bénin (Le Moule)

PLACE AU « TROISIÈME TOUR »

Les plus anciens, à l’image de Jacques Bangou (Pointe-à-Pitre), président du Parti progressiste et démocratique, maire démissionnaire il y a un an, peuvent envisager de partager leur expérience avec la nouvelle vague de jeunes émergents, qu’on a vu très incisifs tout au long de cette campagne. Ils ont le droit de se dire que les électeurs n’ont plus peur de faire confiance à des candidats de moins de 40 ans, quand on voit avec quel brio Cédric Cornet, au Gosier, et Jean-Philippe Courtois, à Capesterre Belle-Eau, ont réussi à faire tomber deux forteresses.
Cela dit, le travail ne fait que commencer pour les nouveaux membres de l’Association des maires de Guadeloupe qui auront plusieurs défis à relever, à commencer par la consolidation des communautés d’agglomération et de communes, notamment face à la problématique de l’eau et à l’obligation d’utiliser à bon escient des ressources financières et humaines.
Les élections communautaires constitueront en quelque sorte un troisième tour, qui se prépare dès maintenant, sous l’impulsion des états majors des principaux partis politiques locaux, particulièrement la Fédération guadeloupéenne du parti socialiste (PS) et ses alliés traditionnels, d’une part, et Guadeloupe unie solidaire et responsable (GUSR), d’autre part, avec le concours d’une partie des maires qu’il est difficile de classer dans un camp ou un autre ou qui, tout simplement, joue sur plusieurs tableaux.
Ces élections municipales ne sont donc peut être pas vraiment terminées. D’autant plus que des recours sont en instruction devant le tribunal administratif pour des communes dont le premier tour a été conclusif. D’autres dossiers devraient s’y ajouter après ce second tour notamment là où les écarts de voix sont extrêmement faibles.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*