Reinette Juliard remobilise ses troupes autour du déficit

Reinette Juliard
La gestion financière sera au cœur de la campagne électorale dans la commune de Lamentin. Si le maire, Jocelyn Sapotille, ne l’aborde pas, ses adversaires le feront à sa place. A coup sûr, Reinette Juliard ne s’en privera pas. Elle l’a bien fait comprendre lors de sa déclaration officielle de candidature, samedi (25 janvier 2020), dans un restaurant de la commune. En réalité, cette manifestation était une occasion de remobiliser ses troupes et de les lancer dans la campagne, au-delà du travail de proximité qui se fait depuis plusieurs mois. Et l’un des sujets qui seront martelés, c’est bien l’état dans lequel se trouvent les finances de la commune ainsi qu’en témoigne les derniers avis de la Chambre régionale des comptes (CRC) sur le budget primitif 2019 (déficit de 8,1 M€) et le compte administratif 2018 (déficit de 6,2 M€), auxquels il convient d’ajouter un déficit de trésorerie de 7,1 M€, soit 21,4 M€. C’est sur ce chiffre que la candidate de la liste Lamentin Demain, qui a décortiqué ces avis, s’appuie pour dire que « la commune est en cessation de paiement ». Un prochain avis devrait être publié après le conseil municipal dont la CRC exigeait la tenue avant la fin du mois de janvier 2020, pour voter le budget primitif 2020.
Du coup, Reinette Juliard se sent une responsabilité morale vis-à-vis de la population de la commune. C’est ce qu’elle a voulu dire d’emblée à ses supporters et aux administrés venus lui apporter leur soutien ou simplement l’écouter. (Cliquez pour écouter)

DES OPÉRATIONS SUPPOSÉES DOUTEUSES ? »

Pendant une heure, l’ancien maire de Lamentin, de 2001 à 2008, a décortiqué les erreurs de gestion de l’actuel chef d’édilité, lesquelles rendent la commune dans l’impossibilité de contracter un emprunt avant 2026 et laisseraient apparaître des opérations supposées douteuses, susceptibles, en tout cas, d’engendrer des poursuites judiciaires. Elle a pris le pari d’apporter les preuves que la justice s’intéresse à la gestion de la commune, si le maire venait à la contredire. (Cliquez pour écouter).
Elle entend s’attaquer à certaines délibérations du conseil municipal et à l’action du maire, en sa qualité de président de la communauté d’agglomération pour ce qu’elle considère comme de l’inaction. (Cliquez pour écouter).

DE L’ORDRE AU NIVEAU DE L’USINE D’ÉQUARRISSAGE »

Elle promet aussi :
– d’imposer à l’usine d’équarrissage, dont les activités créeraient des nuisances olfactives aux habitants des environs de Ravine-Chaude, Pierrette, Bergnolles, Roussel, etc., de se mettre aux normes ;
– de revenir sur la décision de construire un centre commercial devant l’école de La Rosière ;
– de récupérer la maison de feu Georges Dagonia achetée par la commune, sous José Toribio, pour 700 000 euros, et bradée deux ans plus tard 400 000 euros, par le maire en place, alors que le Service des domaines avait réévalué le bien à 800 000 euros…
C’est dire si les reproches qu’elle formule contre le maire sortant sont nombreux.

« UNE ÉQUIPE QUI CONNAÎT LA VALEUR DE LA PAROLE »


Reinette Juliard n’a pas perdu les soutiens de sa mandature. Ils étaient plusieurs dans le public.
En tout cas, elle n’a l’intention de lui faire aucun cadeau. Pour remporter le challenge de 2020, elle s’est entourée d’une nouvelle équipe mais n’a pas manqué de remercier quelques-uns de ses anciens colistiers, venus lui apporter leur soutien pour cette nouvelle bataille électorale. Elle affirme qu’une commune a besoin d’une équipe soucieuse des difficultés que rencontre la population, « une équipe qui connaît la valeur de la parole » (Cliquez pour écouter)
Le bilan de son action de 2001 à 2008 sera également un de ses arguments de campagne. Elle l’a publié récemment dans une brochure, qui a été distribué à 8 000 foyers lamentinois. Car, il n’est pas question qu’elle laisse les autres s’approprier les résultats de son travail.

« CE NE SERA PAS UN CADEAU, MAIS JE SAIS GÉRER »

Malgré toutes les attaques qu’elle a distillé, elle a pris un peu de temps pour lever le voile sur son programme, en cours de rédaction pour être diffusé à la population. Quelques urgences seront à régler : Caillou et ses problèmes d’assainissement, l’usine d’équarrissage, les zones inondables, pour ne citer que cela. Ce sera difficile, mais elle n’est pas effrayée par l’ampleur de la tâche.
« Je sais que ce ne sera pas un cadeau mais j’ai démontré que je savais gérer. J’ai démontré aussi qu’un euro c’est un euro. Nous arrivions à réaliser 8 millions d’euros d’excédent en fonctionnement, 8 millions d’économies. »
Elle rappelle notamment les conditions dans lesquelles ses successeurs avaient renoncé au plan Cocarde qu’elle avait réussi à obtenir, ce qui a contraint la commune à la rembourser. (Cliquez pour écouter).
A l’issue de cette déclaration, Reinette Juliard a lancé les débats avec la population. C’est là qu’un syndicaliste est venu exposer les problèmes du personnel, qui risquent d’être soumis au maire juste après ces élections. Ça promet !


Nicole Ramassamy, chef d’entreprise et ancienne adjointe au maire, et Jean-Claude Thomaseau, citoyen lamentinois et coordonnateur de Croire en la Guadeloupe, sont venus confirmer qu’ils seront dans la campagne aux côtés de Reinette Juliard, bien que n’étant pas sur la liste.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*