PETIT-BOURG : Losbar va renommer la rue Schoelcher, rue de la Liberté

Guy Losbar et David Nébor

Dernier des douze conseils municipaux élus au premier tour à avoir procédé à son installation officielle, celui de Petit-Bourg a été marqué par une annonce de son maire réélu pour un troisième mandat, Guy Losbar. C’était, mardi soir (26 mai 2020), au palais des sports Laura Flessel. « Ce conseil d’installation se tient à la veille de la commémoration de l’abolition de l’esclavage. Actuellement, il y a un vif débat concernant le rôle de Schœlcher dans le combat pour l’abolition de l’esclavage. J’emprunterai les mots de Patrick Chamoiseau, qui, dans un texte, explique que « l’ennemi, ce n’est pas Victor Schoelcher mais le schoelchérisme ». Il faut retenir l’intransigeance de ses luttes, la récupération politicienne de son combat par l’idéologie assimilationniste. Le schoelchérisme visera à occulter la résistance incessante des esclaves, à nier leur héroïsme divers et à magnifier une France abolitionniste généreuse. Il faut défaire le shoelchérisme. Le schoelchérisme a semé du Schoelcher dans tout l’espace martiniquais et guadeloupéen à coups de statues et de dénominations. C’est ainsi que la rue principale de Petit-Bourg est dénommée rue Schoelcher. Il faut défaire cela. C’est pourquoi, je vais proposer au conseil municipal de renommer cette rue et de la renommer la rue de la Liberté. Ce sera pour nous, avec des fresques et des statues, l’occasion de faire honneur à tous ceux qui ont combattu l’esclavage et obtenu l’abolition. Bien sûr, Schoelcher, mais surtout Gertrude, Solitude, Ignace, Delgrès et tous les autres.» (Cliquez pour écouter l’intégralité de l’intervention sur ce sujet).

PAR NÉCESSITÉ DE RÉTABLIR LA VÉRITÉ HISTORIQUE

Nul doute que cette délibération sera validée par une majorité municipale forte de 32 élus contre 3 de l’opposition : Bernard Abdoul-Maninroudine, Pierra Frenet et Richard Nébor. Et pourquoi pas par 33 élus, puisque lors de ce conseil d’installation, si ce dernier a voté blanc à l’élection du maire — où Abdoul-Maninroudine, également candidat, a obtenu les deux voix de son groupe —, il a voté pour les listes des 13 adjoints. Par ailleurs, il a été invité à prendre la parole en fin de séance pour déclarer son respect du verdict des urnes et souhaité « que cette mandature soit placée sous le signe de la responsabilité ». Un signe d’opposition intelligente, davantage qu’une sorte de rapprochement.
Par conséquent, Guy Losbar peut espérer que cette décision de rebaptiser la rue Schoelcher recueilla l’assentiment de la grande majorité des Petit-Bourgeois, par-delà les clivages politiques. La noblesse de l’idée et la nécessité de rétablir la vérité historique, dans le cadre d’un devoir de mémoire, d’un devoir de savoir, jouent en sa faveur.

Bernard Abdoul-Maninroudine a osé la candidature au poste de maire, en sachant qu’il n’aurait pas obtenu plus de deux suffrages.

UN BEL HONNEUR POUR DAVID NÉBOR

Outre cette annonce, il faut retenir de ce conseil d’installation les conditions strictes de son déroulement, dans le respect des barrières sanitaires et sans public. La salle avait été très bien agencée par les agents municipaux auxquels le maire a rendu un vibrant hommage dans leur ensemble (Cliquez pour écouter). Avec l’application des règles de distanciation, aucun élu ne pouvait se faire remettre son écharpe par une personne de l’extérieur. Ainsi Guy Losbar s’est fait remettre la sienne par David Nébor. Un honneur pour cet élu. Alors pourquoi lui et pas un autre ? Réponse laconique du maire, recueillie à la volée : « C’est un élu ! ». Une non-réponse, en quelque sorte. Doit-on toutefois percevoir dans ce choix un message politique ? David Nébor, serait-il pressenti, comme cela se murmure, pour porter l’écharpe de maire en 2021, dans le cas où Guy Losbar, décrocherait la présidence d’une des deux collectivités majeures ? Questions sans réponse évidemment.
Pour l’instant, Guy Losbar se concentre sur le projet (cliquez pour écouter) pour lequel il a été élu. Il peut compter sur son équipe de 13 adjoints dont 3 sont affectés aux quartiers mais aussi sur l’ensemble de sa majorité et de l’administration communale. S’adressant à l’opposition, il assure que « la libre expression sera naturellement garantie » et qu’il sera toujours « attentif aux remarques, aux propositions et aux critiques formulées dans une dynamique constructive ».

Tous les élus du conseil municipal et les résultats du premier tour

L’équipe des adjoints

1er adjoint : Philippe Dezac

2e adjointe : Jocelyne Unimon

3e adjoint : David Nébor

4e adjointe : Sonia Taillepierre

5e adjoint : Fabrice Luce

6e adjointe : Magalie Salibur

7e adjoint : Jean-Marc Actry

8e adjointe : Laura Gueppois

9e adjoint : Patrick Boulogne

10e adjointe : Jacqueline Lollia

1ere adjointe de quartier : Solange Angoston

2e adjoint de quartier : Rosemond Syly

3e adjoint de quartier : Gilbert Rouyard

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*