Ça bouge dans le peloton des candidats

Candidatures à 10 semaines
A dix semaines du premier tour des élections municipales du 15 mars 2020 et depuis la publication de notre dernière liste des candidats potentiels, il y a un mois, les choses ont évolué. De nouveaux candidats ont affiché leurs intentions. D’autres se sont retirés. La campagne s’est accélérée pour les plus déterminés à conserver leur fauteuil de maire ou à s’emparer de ce pouvoir municipal que les experts de la politique locale disent s’effriter. Quoi qu’il en soit, ça bouge dans toutes les communes.

LA DÉSIRADE : MIMIETTE SE RAVISE

Ainsi à La Désirade, Julio Mimiette, qui, dans un communiqué publié juste avant le réveillon de Noël, a déclaré qu’il sortait de la course. « Nous possédons une île magnifique, avec énormément de potentiels. Et, nous nous félicitons que beaucoup d’entre nous, à nos niveaux respectifs, travaillons ardemment et nous engageons pour sa valorisation et son développement. Cependant, dans le contexte actuel, notre mouvement Agir Ensemble ne peut maintenir sa candidature aux élections municipales. De ce fait, nous nous retirons et reprendrons nos activités associatives après les échéances de mars 2020. » Pourtant, il avait déjà bien lancé sa campagne en créant un groupe organisé, en mettant en place un calendrier d’actions et en intervenant régulièrement sur les réseaux sociaux. Mais il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis dit-on.
Cela ne veut pas dire que le maire sortant, Jean-Claude Pioche, sera seul en lice, puisque deux autres candidats nous ont confirmé leur participation : René Noël, l’ancien maire, de mars 2001 à mars 2014, et Jean-François Saint-Auret.

GRAND-BOURG : GIRARD PREND SON TEMPS

Toujours dans les îles du Sud de l’archipel, à Marie-Galante, Jean Girard, l’ancien maire de Grand-Bourg (septembre 1981 à mars 1989) a réagi, à une information de RCI annonçant sa candidature, en disant qu’il l’avait « appris avec surprise ». Et de préciser : « Je participe à la réflexion sur la situation de ma commune Grand-Bourg et du pays Marie-Galante. Il m’arrive de rendre public ces réflexions. Chers amis,fidèle à mes habitudes, je vous ferai part, les premiers, en temps utile de mes intentions et de mes choix. Rassurez-vous rien ne se fera sans vous… »
Jean Girard reste donc un candidat potentiel, en attendant de faire une déclaration officielle ou d’annoncer son soutien à une autre tête de liste.

CAPESTERRE DE MARIE-GALANTE : MAËS PREND DU GALON

A Marie-Galante toujours, à Capesterre, Jean-Claude Maës, premier adjoint de Marlène Miraculeux-Bourgeois, est devenu maire de la commune pour quelques mois, après la démission de son leader. Et il compte bien poursuivre l’aventure, avec d’ailleurs le soutien du maire démissionnaire, qui l’a préféré à l’autre candidat issu de la majorité, Adrien Lubin.
Dans une interview accordée à France-Antilles, la suppléante d’Olivier Serva à l’Assemblée nationale, semble peinée par l’obligation de devoir choisir entre ses deux camarades, mais justifie son soutien par le fait que Jean-Claude Maës a toujours été à ses côtés depuis qu’elle est en politique.

BAILLIF : PETITE ET PAUVRE MAIS TELLEMENT CONVOITÉE

Ça bouge d’ailleurs beaucoup dans les petites communes puisqu’il est annoncé le retour dans la bataille de l’ancien maire de Vieux-Fort, Nérée Bourgeois. C’est moins sûr, cependant, pour Edward Hatchi, l’ancien maire de Baillif, qui n’a pas donné suite à notre demande de confirmation. Rappelons que lors de sa dernière apparition dans une campagne municipale, en 2008, il n’avait recueilli qu’un score insignifiant de 225 voix, loin derrière les trois femmes qui s’affrontent régulièrement ces dernières années. Sylvie Gustave-dit-Duflo, vice-président de la Région, et Marie-Lucile Breslau, ancien maire de mars 2001 à mars 2014, 7e vice-présidente de la communauté d’agglomération et conseillère départementale, ont déjà fait leur déclaration de candidature. Elles sont prêtes à affronter Marie-Yveline Ponchateau, élue en 2014, dont la première mandature a été consacrée presque exclusivement à mettre de l’ordre dans les services de la commune et à la sortir du gouffre financier dans lequel elle l’a trouvé.

TROIS-RIVIÈRES et VIEUX-HABITANTS S’ACTIVENT…

Non loin de là, à Trois-Rivières, les adversaires du maire, Jean-Louis Francisque, vont officiellement se déclarer le week-end prochain. La députée Hélène Vainqueur-Christophe, ancien maire de mars 2001 à juillet 2017, a annoncé sa déclaration de candidature le vendredi 10 janvier, à 18 heures, tandis que le conseiller municipal de l’opposition, Jimmy Fausta, est programmé pour le dimanche suivant.
À Vieux-Habitants aussi Aramis Arbau confirme son retour au combat après sa tentative manquée de propulser Jennifer Linon, son chouchou. Dans une lettre de vœux et de candidature, il lève un peu le voile sur son bilan, mais c’est le samedi 25 janvier, qu’il en débattra vraiment avec la population, à l’occasion de sa première réunion publique. Ce sera à son domicile, à Morne-à-Jules. Attention, pas Jules Otto ! Ce dernier qui est un de ses principaux challengers a déjà fait l’objet d’une attaque dans l’affaire la liste électorale. Le maire sortant avait dénoncé la situation des électeurs qui, à l’instar du candidat socialiste, habitent d’autres communes mais sont inscrits à Vieux-Habitants.

…LE GOSIER, MORNE-À-L’EAU ET LAMENTIN AUSSI

En Grande-Terre, Cédric Cornet, qui a laissé planer le doute un moment, est bien dans la course au Gosier. D’ailleurs, il tiendra sa première réunion publique de travail ce mercredi 8 janvier 2020, à 19 heures, dans le bourg du Gosier.
Confirmation aussi du côté de Morne-à-l’Eau, où le maire Philipson Francfort a, par un communiqué de presse daté du 19 décembre 2019, annoncé qu’il sera bien candidat. Son équipe et lui viennent défendre leur bilan sous la bannière « Agissons ensemble pour Morne-à-l’Eau. »
A Lamentin, c’est Reinette Juliard, maire de 2001 à 2008, qui vient de publier, son bilan de mandature. Dans le même temps, le maire sortant, Jocelyn Sapotille, devait multiplier les actions de communication. Il s’agissait d’expliquer la situation financière catastrophique de sa commune, à la suite de deux avis très défavorables de la Chambre régionale des comptes sur le compte administratif 2018 et le budget primitif 2019.

BAIE-MAHAULT : POLIFONTE DANS LA TOURMENTE SOCIALE

Dans la capitale industrielle et commerciale de l’archipel, Baie-Mahault, la campagne électorale est entre parenthèses pour le maire, Hélène Polifonte-Molia. Sa préoccupation du moment c’est cet énième préavis de grève qui viendra perturber les services communaux ce lundi 6 janvier 2020. Le syndicat UTC-UGTG veut faire respecter le protocole d’accord signé le 11 octobre 2019, au terme d’un conflit qui avait engendré ses incidents.
Pendant ce temps, ses adversaires multiplient leur travail sur le terrain. Juste avant Noël, Joël Sylvestre, de Convergence baie-mahautienne a donné un coup de fouet à sa campagne, à l’occasion d’une « grande réunion de mobilisation citoyenne » ayant pour thème : « La victoire aux municipales de Baie-Mahault… Pourquoi ? Comment ? ». Tout un programme… à développer sur le terrain, occupé depuis bien plus longtemps par Sylvie Chammougon-Anno, qui poursuit sur sa lancée. Pourra-t-il rattraper son retard en terme de visibilité ? Sans doute, en ayant la conviction que rien ne sert de courrier, il faut partir à point…» Paul-Eric Confiac et Gilbert Edinval sont aussi dans la course.

BASSE-TERRE : PENCHARD POINTE LE BOUT DU NEZ

A Basse-Terre aussi, Marie-Luce Penchard, a attendu le début de cette année 2020, pour se bouger un peu. Samedi soir (4 janvier), elle a payé sa tournée. C’était au local de l’Amicale des anciens footballeurs de Rivière-des-Pères. Elle y avait rendez-vous pour partager la galette des rois et échanger sur l’avenir de Basse-Terre. Tout cela autour d’un slogan : « Ayez confiance en vous, ayons confiance en notre ville et faites nous confiance ! ». Ça ne devrait évidemment pas suffire pour convaincre les électeurs après une mandature qui n’est pas à marquer d’une pierre blanche. D’autant plus que les adversaires semblent bien préparés et déterminés à ne lui faire aucun cadeau. André Atallah, le candidat investi par la fédération guadeloupéenne du Parti socialiste fera d’ailleurs sa déclaration de candidature, samedi soir (11 janvier), et lancera ainsi officiellement sa campagne, avec comme mot d’ordre « Reb@tir ensemble Basse-Terre ». Henriette Solignac, Jules Bébel, Brigitte Rodes et Sonia Pétro continuent pour l’instant de faire le travail de terrain. Reste a savoir lequel sera le plus convaincant.

POINTE-À-PITRE : BANGOU FACE À DES OPPOSITIONS DIVERSES

A Pointe-à-Pitre, l’autre grand ville historique de l’archipel, la situation n’est guère plus active. Jacques Bangou continue de peaufiner sa campagne et préparer ses arguments contre les attaques qu’il subira s’agissant de sa gestion des finances de la ville. Un exercice compliqué mais son entourage et lui y croient. D’autant plus que les oppositions avancent en ordre dispersé. D’ailleurs, vendredi, Tania Galvani est allée faire enregistrer son mandataire financier à la préfecture. C’est la preuve qu’elle a tourné le dos aux perspectives de rapprochement avec Harry Durimel, le leader du groupe d’opposition au conseil municipal, Oxygène. Elle n’avait déjà pas signé la lettre de soutien du Rassemblement pour une nouvelle démocratie (RND) au leader de Rev-Gpe, tout comme Georges Brédent d’ailleurs.
Rappelons également, qu’Harry Durimel a obtenu le soutien du député Olivier Serva, de la République en marche, dont Tania Galvani attend l’investiture.
Olivier Sera espère toujours réussir (sans doute avec peu d’espoir) faire gagner une liste de large rassemblement à Pointe-à-Pitre. Certains observateurs disent qu’il ferait mieux de se concentrer sur sa campagne aux Abymes où il doit affronter un maire, Eric Jalton, qui a un bilan autrement plus respectable que celui du voisin pointois.
D’une commune à l’autre les grandes manœuvres se poursuivent. Histoire de ne pas rater le wagon qui mène à la victoire, dans 10 semaines voire 11, pour le deuxième tour.
LA LISTE DES TÊTES DE LISTE POTENTIELLES MISES À JOUR LE 9 JANVIER 2020

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*