Et si Fausta créait la surprise ?

Jimmy Fausta et ses soutiens
Jimmy Fausta a grandi. Et ça se voit ! En tout cas, ça s’est vu lors de sa déclaration de candidature aux élections municipales et communautaires de mars 2020. C’était dimanche (12 janvier 2020) dans un restaurant de La Regrettée, à Trois-Rivières. Devant environ 200 personnes, les membres de son association, Trois-Rivières en mouvement, ont démontré leur implication dans la campagne de celui qui avait fait son apparition en 2014, pour réussir à obtenir 1 246 suffrages (28 % des exprimés) et décrocher quatre sièges au conseil municipal, face à Hélène Vainqueur-Christophe, qui avait été élue avec 3 084 voix (71,22 %).

JIMMY FAUSTA VEUT PRENDRE TOUTE SA PLACE


Le jeune chef d’entreprise de 40 ans, a depuis les élections de 2014 évolué dans sa vie politique mais aussi personnelle. Il est marié et père de deux fillettes.

Durant cette mandature 2014-2020, il a appris, il s’est considérablement étoffé et il a structuré son groupe, attribuant à chacun des membres une mission, dans un domaine qu’il maîtrise. Premier à intervenir, Franck Rupaire, secrétaire général de l’association, a présenté son bilan de la majorité municipale en place depuis 2008 et déchirée depuis 2018, suite à l’arrivée au pouvoir, en juin 2017, de Jean-Louis Francisque, qui a refusé de marcher aux ordres de celle qui l’a mis en place, la députée Hélène Vainqueur-Christophe.
Aujourd’hui, Jimmy Fausta ne veut pas être l’arbitre entre les deux anciens amis devenus ennemis. Il entend prendre toute sa place. Pour cela, il peut compter sur une équipe composée de nombreux jeunes, très motivés à l’idée de prendre le pouvoir dans la plus amérindienne des communes de l’archipel.
Dimanche, leur enthousiasme était évident et la présence de leurs invités ne pouvait que les conforter dans leur détermination à gagner ces élections.

ÉLUS ET ENTREPRENEURS EN SOUTIEN

Parmi ces invités : deux leaders de Croire en la Guadeloupe, Luc Adémar, le maire de Gourbeyre, candidat à sa propre succession, et Marie-Eugène Trobo-Thomaseau, candidate à Pointe-à-Pitre ; Héric André, candidat à Vieux-Fort ; Claude Philomin, délégué d’Eko Zabim, venu déclarer le soutien de son mouvement et de son leader, le député Olivier Serva ; ou encore Jean-Yves Ramassamy, premier adjoint de la ville de Capesterre-Belle-Eau.
Le monde économique était aussi très bien représenté avec le président de la Fédération des très petites entreprises, Alan Nagam, le président du Sneg (Sauvons nos entreprises guadeloupéennes) Dominique Virassamy, le président de la Chambre de métiers et de l’artisanat, Gabriel Foy, le 3e vice-président de la Chambre d’agriculture, Harry Rupaire…
Tous sont venus dire à quel point ils croyaient au projet de Trois-Rivières en mouvement. Reste maintenant à porter le message jusqu’aux électeurs.

TROIS-RIVIÈRES AU COEUR DE SON PROJET POLITIQUE


Une équipe composée de nombreux jeunes.
« On n’est pas là pour gérer le quotidien et les factures à payer, il faut avoir avoir une ligne politique », a déclaré Jimmy Fausta.
Outre les enjeux prioritaires de son action — réorganiser Bord-de-Mer, pour lequel un projet a été élaboré, et mettre en place une commission Agriculture, Pêche et Ruralité pour redynamiser le secteur — Trois-Rivières en mouvement a un projet de mandature.
Jimmy Fausta en a développé les grandes lignes :
– mettre Trois-Rivières au cœur du projet politique, qui s’étoffera avec la mise en place de conseils de quartier apolitiques pour faire remonter les doléances vers l’équipe municipale ;
– développer la notion d’écocitoyenneté responsable, afin que chacun prenne sa part dans le maintien d’un environnement propre et agréable à vivre ;
– préserver la qualité de vie en s’assurant que les éléments de sécurité et de confort de la population (éclairage public, trottoirs, etc.) soient opérationnels ;
– assurer la continuité de la gestion de l’eau.

JIMMY FAUSTA A « UN TRAITEMENT DE CHOC »

Pour le reste Jimmy Fausta veut se démarquer en apportant aux maux de la commune « un traitement de choc » basé sur la relance de la politique culturelle et sportive, l’attractivité du territoire et le mieux-vivre ensemble.
Trois-Rivières en mouvement ne veut plus que les seules animations de la commune, à l’exception d’Artiflore, soient « les sorties de messe, les cortèges d’enterrement et les sorties d’école », selon la formule employée par Frantz Rupaire. Ce dernier, comme ses camarades et plusieurs invités, voient en Jimmy Fausta, l’homme du renouveau de Trois-Rivières, victime ces deux dernières années, de cette guerre fratricide qui l’a mis sur les feux de l’actualité. Alors Jimmy Fausta peut-il gagner ? Peut-il créer la surprise ? Tout est possible.
Mieux organisé, doté de ce capital de voix de 2014, qu’il peut faire fructifier, c’est absolument faisable, quel que soit le candidat face auquel il se retrouvera au 2e tour, s’il y en a un. En cas de non qualification d’un de deux candidats l’équipe sortante, on voit mal le disqualifié appeler à voter pour l’autre. Jimmy Fausta a donc un gros coup à jouer. Le tout est de franchir le premier tour. Et là, ce n’est pas encore fait, même s’il a grandi, même s’il a muri, même s’il est mieux préparé et organisé. Quoi qu’il en soit, si ce n’est pas pour cette année, ce sera sans doute pour une prochaine, s’il reste les pieds sur terre.

POUR EN SAVOIR PLUS
DECOUVREZ LE SITE DU CANDIDAT

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*