Jean-Claude Malo vient reconstruire ses territoires

Jean-Claude Malo candidat
Jean-Claude Malo prédécesseur de Thierry Abelli, à la tête de la commune de Bouillante (2008-2014), sera aux élections municipales et communautaires de mars 2020. Il a déclaré sa candidature officiellement. C’était samedi, à la salle Saint-Michel, dans le bourg de Bouillante. Les membres et sympathisants de son mouvement Jé Bwa (une centaine de personnes environ) y étaient pour entendre ses motivations.
Dans la salle également quelques-uns de ses amis de la première heure, venus apporter leur soutien et dire tout le bien qu’ils pensaient de cet homme de conviction dont les actions n’ont pas toujours été comprises, mais qui reste droit dans ses bottes. Autre soutien : celui de la France insoumise.

LA GESTION SOUS MALO

Après six ans dans l’opposition au conseil municipal de Bouillante, il revient donc sous la bannière de la liste « Reconstruire nos territoires ». Il a la ferme intention de mieux faire passer son message et convaincre que son projet de ville durable est la voie que la commune devrait prendre.
Auparavant, il faudra « assainir les finances, donner de meilleures conditions de travail aux agents, rendre Bouillante attractive et jeter les bases d’un développement durable. »
Il rappelle : « En 2008, avec l’équipe « Bouillante pour tous », nous avons avancé en ce sens. Nous avons fait face au déficit des 5 millions d’euros que nous avons trouvé, aux nombreuses dettes à payer et nous avons laissé un excédent de près de 1,5 million ».
Son action avait également porté sur le rattrapage des retards dans l’évolution des carrières des agents.

LE CAS PARTICULIER DU PERSONNEL

Tout cela n’avait pas suffi à le faire réélire et en voyant la situation actuelle des finances de la commune, il espère que les administrés comprendront que c’est son équipe qu’il faut pour redresser la barre et redonner confiance à ce personnel.
« Notre collectivité, sous cette mandature, a battu le record du nombre d’agents en congé de maladie de longue durée. Certains, qui ont osé faire grève, subissent des humiliations, des sanctions au détriment de leur santé et de l’intérêt général. La relation du maire avec le personnel est tellement catastrophique et inhumaine qu’une grande partie du personnel a été contrainte de demander l’intervention d’un psychologue. Le recrutement de directeurs (je ne mets pas en cause ici leurs compétences) n’a pas rendu le fonctionnement de la collectivité plus efficace. La relation du maire avec le personnel est restée conflictuelle. A cause d’un différend avec le chef de service, la maire a fait souder les portes de la bibliothèque municipale. Elles le sont encore aujourd’hui. Pourtant, des subventions d’État ont été accordées, depuis 2013, pour en faire une médiathèque. »

QUELQUES ACTIONS SIGNÉES MALO

Le cas du personnel sera un des éléments majeurs de cette campagne, eu égard aux nombreuses remontées négatives sur les relations de plusieurs agents avec le maire et certains adjoints. Cependant, cela ne va peut-être pas suffire à Jean-Claude Malo pour reconquérir le fauteuil de maire qu’il a dû abandonner malgré un bilan dont il a rappelé quelques faits marquants. Outre l’assainissement des finances, il a cité l’obtention du label France Station nautique, l’apprentissage de l’anglais dès le primaire, l’enlèvement de 1 000 tonnes d’encombrants à Losteau, l’organisation du Cho Bouyant en Côte-sous-le-Vent, qu’il qualifie de « manifestation hautement culturelle et économique »…
Selon Jean-Claude Malo, la commune a reculé durant cette mandature. En raison des plages interdites à la baignade pour des problèmes d’assainissement, du déménagement de la caisse d’allocations familiales et de la sécurité sociale, de la disparition du forum des associations, du retour du dépôt d’encombrants de Tou a Man Pòl ou encore de la mise de la commune sous règlement national d’urbanisme faute d’avoir respecté les délais pour l’élaboration du plan local d’urbanisme…

PLACER LA POPULATION AU CENTRE DE TOUS LES INTÉRÊTS

Tous ces griefs ont apporté de l’inspiration au groupe de Jean-Claude Malo pour travailler sur un projet intitulé « Reconstruire nos territoires ». Le pluriel s’impose parce qu’en dehors de Bouillante, il y a la communauté d’agglomération Grand Sud Caraïbe, dont le fonctionnement est décrié dans la majorité des communes qui la compose.
Le plan proposé par Jean-Claude Malo et son groupe veut placer la population « au centre de tous les intérêts ».
« Nos actions seront orientées en priorité, vers le développement social (santé, personnes âgées, éducation, formation, culture, sport, environnement) et seront de nature à impulser l’économie locale, sociale et solidaire. Nous relancerons la coopération avec la Caraïbe.
Pour garantir le succès de nos actions, nous mettrons en place un comité de développement local. Tous les secteurs d’activités y seront représentés, avec pour partenaires : les associations, la communauté d’agglomération, l’État et les collectivités majeures. Nous avons l’ambition de réduire la pauvreté et de redonner confiance à notre jeunesse qui attend de nous, écoute, compréhension et accompagnement pour construire son avenir. »
Jean-Claude Malo aura, outre le maire, Thierry Abelli, à affronter quatre autre candidats têtes de liste : Xavier Absalon, Michel Brard, Marc Guilliod et Blandine Vairac.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*