Harry Durimel plaide pour une liste d’union

Harry Durimel
En réaction à l’annonce du Premier ministre d’organiser le second tour des élections municipales le 28 juin 2020, Harry Durimel, du groupe Oxygène 2020, candidat tête de liste à Pointe-à-Pitre, a publié un communiqué de presse, dans lequel il appelle au rassemblement. Il souhaite proposer aux électeurs pointois « une liste d’union mettant en synergie toutes les forces vives animées par une vision commune d’une ville dynamique, moderne et durable ».

DURIMEL SE VOIT EN CHEF LÉGITIME DE L’OPPOSITION

Le 15 mars dernier, lors du premier tour, Harry Durimel, est arrivé deuxième avec 20,50 % des suffrages, juste derrière Jacques Bangou, maire démissionnaire, mais chef de file de la majorité sortante. Aussi, le leader écologiste se sent parfaitement légitime pour être désigné à la tête d’une liste d’union des forces de l’opposition.
Le sondage grandeur nature du premier tour l’encourage en ce sens. Sauf qu’à Pointe-à-Pitre, il y a plusieurs oppositions.

DES OPPOSITIONS AYANT DU CARACTÈRE

Marie-Eugène Trobo-Thomaseau et Loïc Martol ont déjà annoncé leur alliance autour d’un projet commun, en invitant « l’ensemble des acteurs de l’alternance à venir les rejoindre ».
Il faudra aussi compter sur un autre duo : la candidate investie par Guadeloupe unie solidaire et responsable (GUSR), Tania Galvani, et le conseiller régional Georges Brédent. Ils ont souqué ferme avant le premier tour, mais, au terme du dépouillement, ils sont restés derrière Harry Durimel, leur confrère du barreau.

SORÈZE, INFATIGABLE MILITANT DU RASSEMBLEMENT ?

Alain Sorèze, lieutenant de ce dernier, ancien compagnon du couple d’avocats, s’était dépensé sans rechigner pour une liste de vaste rassemblement, pendant plusieurs mois avant le premier tour, sans parvenir à convaincre de suivre son leader. Fort des résultats du 15 mars, peut-il réussir cette union avant le dépôt de listes pour le rendez-vous du 28 juin 2020 ? Rien n’est moins sûr. Entre défenseurs de la veuve et de l’orphelin, ces personnalités de l’opposition pointoise pourraient s’entendre, mais les plaidoiries ne semblent pas avoir le même angle.

300 VOIX ORPHELINES

Et puis, il y a Marcel Sigiscar, qui attendait mieux que 301 voix (7,04 %). Dernier du classement, n’ayant pas atteint les 10 % qui lui permettraient de se maintenir pour ce second tour, il garde toujours la possibilité de fusionner en retournant dans sa famille d’origine (le groupe Bangou) ou en rejoignant un des groupes d’opposition, avec l’espoir de servir à nouveau dans une équipe majoritaire. Il a intérêt à faire le bon choix, sinon il pourrait également perdre son poste de conseiller départemental, en 2015.
Les prochains jours seront déterminants. Le scrutin au lieu dans un peu plus d’un mois. Pare conséquent, il faudra aller vite en visant juste.

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*